VIVA ITALIA

Chianti di LuccaIl a fallu faire un choix pour les vacances de cet été : rester dans notre appartement aux murs défoncés par les travaux de rénovation et où pour nous pourrir la vie, la poussière d’enduit rentre en compétition avec notre seule lampe disponible, ou aller danser le Calypso en Italie? La question s’est réellement posée. Mais pas très longtemps. Et telle une Nafissatou Dialo face à DSK, nous avons trouvé un accord financier avec nos économies et nous nous sommes décidés à braver la route gruyère (hallucinant enchaînement de tunnels après la frontière) motivés par notre objectif : Dolce Vita en Toscane !

Il ne s’agit pas ici de parler des magnifiques sites et paysages de cette régionIMG_2746 (683x1024) italienne mais bien entendu des produits et plats que nous avons pu déguster. Et il y en a eu quelques-uns. Pour résumer les choses et les replacer dans le contexte, nos finances nous ont poussé à privilégier l’immersion au all inclusive. Nous avons donc loué, vaguement à l’arrache, un gite  (Il fienile di Penelope) dans les hauteurs de Montecatini Alto avec une vue imprenable sur la vallée et ses oliviers.

Même si le voyage s’est arrangé au dernier moment, nous avions déjà une petite idée de ce que nous voulions dévorer, tester, goûter. Au programme : fromages, charcuteries, Chiantis, pâtes, pizzas, glaces et olives, et pas forcément dans cet ordre. Armés de notre guide du routard Toscane et Ombrie 2012, nous nous sommes concocté un circuit maison passant par Lucques, Florence, la vallée du Chianti, Sienne et les Coop (système consumer’s cooperative). Ce dernier mérite d’ailleurs quasi autant d’attention que les monuments et paysages mais j’y reviendrais à la fin.

Florence a été notre première destination, avec son passage obligé sur le Ponte Vecchio et ses échopes et à la Galerie des Offices et son expresso en terrasse à 5€ (à boire avec les yeux à ce prix là). Bien sur, le déambulage dans les rues et différents quartiers a également été un régal oculaire. Puis, quandIMG_2706 (1024x683) notre estomac a commencé à nous fragiliser les mollets après quelques heures de trépignement, un petit restaurant typique, non loin du Duomo Santa Maria Del Fiore a attiré notre attention. Enfin, typique, typique, oui, au beau milieu d’une enfilade de restaurant qui après coup, pouvait éventuellement s’apparenter au typique piège à touriste. Mais pas de mauvaise langue ici parce que nous n’avons rien à reprocher à l’ensemble du séjour. Et ce petit établissement ne déroge pas à ce fait. Au menu, une bonne assiette de tagliolini al tartufo pour monsieur et spaghetti al tomata pour madame, arrosé d’un bon verre de Chianti. Trèèès bon et quasi bon marché. Compte tenu des tarifs pratiqués dans les diverses échoppes, une aubaine.

Autre jour à Florence, autre repas pour récompenser nos déambulations effrénées, une pizza. Et ce coup ci, on fait confiance au guide et on s’arrête à la pizzeria I Ghibellini. Bon, soit, mais rien de transcendant. Du coup, pas de Torta Verde di Luccaphoto. A noter que pour fluidifier le tout, on a également fait quelques glaciers, Tant à Florence, qu’à Sienne et qu’à Lucques. Tiens, Lucques justement où on s’est laissé tenter par la spécialité du coin, la torta verde di Lucca. Une tarte sucrée à base d’épinard. Celle ci nous a raccompagné au gite pour ponctuer notre repas à l’italienne homemade. Avec du Chianti bien sur.

Au final, nous n’aurons pas spécialement fait d’étapes gastronomiques, notre objectif étant, je le rappelle, de vivre à l’Italienne. Donc de faire nos courses comme une vraie mama dans un bon supermarché local. Alors il y a bien des leclerc et des carrefours mais le vrai local, c’est le Coop. Dire qu’il s’agit une institution italienne serait exagéré mais reste proche de la réalité. On y trouve nombre de produits de qualités et de produits discounts. Ces petites, moyennes, grandes et hypersurfaces sont répandues dans toutes les provinces italiennes et Ratatouille au éclats de Peccorinofonctionnent sous les système du consumer’s cooperative. Pour en reprendre la définition de wikipedia (grossièrement traduite), il s’agit d’une société possédée par les consommateurs et managée démocratiquement et dont l’objectif est de combler les attentes et besoins de ses membres. Grand bien nous en fasse, nos attentes en ont été comblées. Que ce soit pour le fromage (peccorino, parmezan) que pour les charcuteries (Espèce de saucisse piquante, saucisson, jambon) que pour l’alcool (Chianti, Soda Martini, Asti) ou pour les fruits et légumes, notre frigo s’est rempli à vitesse grand V de bons produits et certains ont même fait le trajet retour avec nous.

Au final, outre les glaces qui sont délicieuses et n’ont pas d’égal en France (et c’est bien dommage), notre plus grand plaisir gustatif a été celui de nos petits plats et apéros mitonés au gite!

IMG_2773 (683x1024)

Le trajet du retour méritait bien quant à lui son petit sandwich.

Sandwicho