IMG_3125

Gâteau au chocolat de Patrick Roger Top Chef 2013

IMG_3125Comme tous les ans nous avons suivi l’émission Top Chef et avons particulièrement apprécié cette saison avec : ses candidats sympathiques (Jean-Philippe et Quentin), ses fausses polémiques (le fameux « vol » de têtes de crevettes), son jury impitoyable (notamment Jean-Paul Trappe), ses épreuves improbables (la pomme de terre diamant de Philippe Etchebest).

Comme tous les ans, les candidats qui ont pourtant des années d’expérience derrière eux, sont méga flippés par l’épreuve de pâtisserie. Et cette année, c’était la terrible épreuve du gâteau au chocolat :-) En gros, les top chefs te font en 10 minutes une mousse de canard sur son lit de pleurottes rissolées à la sauce au fois gras, mais ils sont tétanisés devant un gâteau au chocolat…

On a eu droit au spécialiste meilleur ouvrier de France, Patrick Roger,dont nous nous sommes empressés de faire la recette.

Bilan : pourquoi faire compliqué ? Le gâteau est certes bon mais il faut bien compter 1 heure pour l’exécuter et il ne vaut pas le fameux gâteau au chocolat et à la poudre d’amande qui se fait en moins de 15 minutes (hors cuisson). En gros, c’est snobinard.

Pour trouver la recette, il suffit de taper « Recette gâteau au chocolat Patrick Roger » et vous tomberez sur la concurrence :-)

Ci-contre, la photo du gâteau by le chat !

IMG_3370 (1024x683)

Salade Thaï – Crevettes Mangues

Crevettes mangue« Ah non, quelqu’un s’occupe déjà du dessert! », Bon, on va s’occuper de l’entrée alors. Même si Mme Lechat est réputée pour la qualité de ses desserts et autres entremets, il a fallu se faire une raison et improviser. Une entrée? ok, il fait chaud, ok, on va faire du frais. Mais du frais qui pique , qui chauffe.

Ingrédients pour 6 personnes

  • 20 crevettes (cuites et décortiquées)
  • 100g de mache
  • 1/2 concombre ou un petit concombre
  • 2 poignées par personne de pousses de soja
  • 100 gr de cacahuètes fraiches
  • 4 cs de Graines de sésame
  • 1 belle mangue
  • Un peu de coriandre fraîche finement ciselée
  • 2 cs de miel

Sauce (vinaigrette à la Thaï):

  • 1 citron vert
  • 1/2 piment Martiniquais frais finement coupé
  • 1 échalote finement ciselée
  • 2 bâtonnets de citronnelle
  • 3 cs d’huile d’arachide
  • 3 cs d’huile de sésame
  • 4 cs de vinaigre de riz
  • 2 cs de sauce de poisson
  • Un peu de coriandre fraîche finement ciselée

Couper le concombre en fins morceaux en enlevant la pulpe et le mettre dans un saladier y ajouter la mangue coupée en brunoise (petits dés), ajouter la mache et les pousses de soja.

Disposer les crevettes en cercle et parsemer la coriandre dessus

Une fois les cacahuètes décortiquées, les mixer en morceaux grossiers puis dans un bol, les mélanger au miel puis les faire griller à la poêle graissée à l’huile d’arachide.

Une fois cette préparation refroidie, la disperser sur la salade.

Pour la sauce, mélanger tous les ingrédients dans un bol (ou dans un tupperware si c’est pour emporter :) )

Lechat met en garde contre la caractère pervers du piment. Penser à mettre des gants en l’éminçant pour éviter d’avoir une sensation de brûlure toute la soirée comme votre serviteur.

FINANCIERS A LA FRAMBOISE

financiers framboisesOn ne se lasse pas des financiers et surtout pas de ceux à la framboise ! Plutôt que de reprendre la recette de base http://lclv.fr/lechat/2012/02/financiers-a-la-bretonne/et d’ajouter des framboises, nous avons testé une recette de Cyril Lignac gourmand/croquant trouvée sur Internet.

Avec des framboises surgelées of course !!!

Ingrédients :

  • 130 g de sucre glace
  • 50 g de poudre d’amandes (70 g c’est mieux !)
  • 50 g de farine
  • 1 pincée de levure chimique
  • 4 blancs d’œufs
  • 70 g de beurre
  • framboises (3 par financier)
  • ++ le chat : 1/2 cc d’extrait de vanille. Pour le décor : soupoudrer de graines de sésame et de sucre glace.

Recette :

Faire fondre le beurre sur feu moyen jusqu’à obtenir un beurre noisette, le laisser tiédir.

Pendant ce temps, battre les blancs en neige puis mélanger au fouet le sucre glace, la farine, la poudre d’amandes et la levure. Ajouter les blancs d’œufs.

Une fois le beurre tiédi, l’ajouter à la pâte en mélangeant bien, ajouter l’extrait de vanille.

Laisser reposer la pâte au frigo au moins une heure.

Préchauffer le four à 180 degrés.

Verser la pâte dans les moules à financiers (ou à muffins), ajouter les framboises en appuyant légèrement.

Cuire pendant environ 15 minutes. La pâte doit être dorée. Avant de servir, soupoudrer chaque financier de graines de sésame et de sucre glace

NB : sur la photo, 2 financiers ont été badigeonnés de coulis de framboise

Rochers à la noisette

rocherDes oeufs, de la farine, du sucre et des noisettes, une recette simplissime pour un résultat très sympa !

Recette de Martha Stewart, biscuits, sablés, cookies, la bible des tous petits gâteaux.

Ingrédients :

  • 170 g de noisettes entières ou en poudre
  • 150g de sucre en poudre
  • 2 blancs d’oeufs
  • 1/4 de cc de gros sel
  • 100g de farine
  • 1/2 cs d’extrait de vanille

La recette originale indique de faire griller les noisettes au four 10 mn à 180 degrés, d’enfermer les noisettes dans un torchon pendant 5mn et de les frotter dans le torchon pour retirer la peau brune. Nous ne l’avons pas fait.

1 – Mixer les noisettes (pour les réduire en poudre) avec 50 grammes de sucre

2 – Montez les blancs d’oeufs en neige souple puis ajouter 100g de sucre et continuer à fouetter pour obtenir une neige ferme

3 -Ajouter aux blancs le mélange poudre en noisettes + sucre, puis la farine et l’extrait de vanille. Il faut normalement mélanger au robot mais nous l’avons fait au fouet manuel.

4 – Couvrir et placer au frigidaire entre 1 heure et 1 journée (une heure a suffit)

5 – préchauffer le four à 190 degrés, avec des mains fraiches et légèrement mouillées, prélevez environ 2 cuillères à soupe de pâte pour former chaque rocher (ou + pour des rochers + gros). Les faire cuire sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé, pendant 15 à 18 minutes, jusqu’à ce que le fond et les arêtes commencent à dorer. Poser les rochers sur une grille et les laisser refroidir. Les manger dans les 3 jours (une demi journée suffira :-)

VIVA ITALIA

Chianti di LuccaIl a fallu faire un choix pour les vacances de cet été : rester dans notre appartement aux murs défoncés par les travaux de rénovation et où pour nous pourrir la vie, la poussière d’enduit rentre en compétition avec notre seule lampe disponible, ou aller danser le Calypso en Italie? La question s’est réellement posée. Mais pas très longtemps. Et telle une Nafissatou Dialo face à DSK, nous avons trouvé un accord financier avec nos économies et nous nous sommes décidés à braver la route gruyère (hallucinant enchaînement de tunnels après la frontière) motivés par notre objectif : Dolce Vita en Toscane !

Il ne s’agit pas ici de parler des magnifiques sites et paysages de cette régionIMG_2746 (683x1024) italienne mais bien entendu des produits et plats que nous avons pu déguster. Et il y en a eu quelques-uns. Pour résumer les choses et les replacer dans le contexte, nos finances nous ont poussé à privilégier l’immersion au all inclusive. Nous avons donc loué, vaguement à l’arrache, un gite  (Il fienile di Penelope) dans les hauteurs de Montecatini Alto avec une vue imprenable sur la vallée et ses oliviers.

Même si le voyage s’est arrangé au dernier moment, nous avions déjà une petite idée de ce que nous voulions dévorer, tester, goûter. Au programme : fromages, charcuteries, Chiantis, pâtes, pizzas, glaces et olives, et pas forcément dans cet ordre. Armés de notre guide du routard Toscane et Ombrie 2012, nous nous sommes concocté un circuit maison passant par Lucques, Florence, la vallée du Chianti, Sienne et les Coop (système consumer’s cooperative). Ce dernier mérite d’ailleurs quasi autant d’attention que les monuments et paysages mais j’y reviendrais à la fin.

Florence a été notre première destination, avec son passage obligé sur le Ponte Vecchio et ses échopes et à la Galerie des Offices et son expresso en terrasse à 5€ (à boire avec les yeux à ce prix là). Bien sur, le déambulage dans les rues et différents quartiers a également été un régal oculaire. Puis, quandIMG_2706 (1024x683) notre estomac a commencé à nous fragiliser les mollets après quelques heures de trépignement, un petit restaurant typique, non loin du Duomo Santa Maria Del Fiore a attiré notre attention. Enfin, typique, typique, oui, au beau milieu d’une enfilade de restaurant qui après coup, pouvait éventuellement s’apparenter au typique piège à touriste. Mais pas de mauvaise langue ici parce que nous n’avons rien à reprocher à l’ensemble du séjour. Et ce petit établissement ne déroge pas à ce fait. Au menu, une bonne assiette de tagliolini al tartufo pour monsieur et spaghetti al tomata pour madame, arrosé d’un bon verre de Chianti. Trèèès bon et quasi bon marché. Compte tenu des tarifs pratiqués dans les diverses échoppes, une aubaine.

Autre jour à Florence, autre repas pour récompenser nos déambulations effrénées, une pizza. Et ce coup ci, on fait confiance au guide et on s’arrête à la pizzeria I Ghibellini. Bon, soit, mais rien de transcendant. Du coup, pas de Torta Verde di Luccaphoto. A noter que pour fluidifier le tout, on a également fait quelques glaciers, Tant à Florence, qu’à Sienne et qu’à Lucques. Tiens, Lucques justement où on s’est laissé tenter par la spécialité du coin, la torta verde di Lucca. Une tarte sucrée à base d’épinard. Celle ci nous a raccompagné au gite pour ponctuer notre repas à l’italienne homemade. Avec du Chianti bien sur.

Au final, nous n’aurons pas spécialement fait d’étapes gastronomiques, notre objectif étant, je le rappelle, de vivre à l’Italienne. Donc de faire nos courses comme une vraie mama dans un bon supermarché local. Alors il y a bien des leclerc et des carrefours mais le vrai local, c’est le Coop. Dire qu’il s’agit une institution italienne serait exagéré mais reste proche de la réalité. On y trouve nombre de produits de qualités et de produits discounts. Ces petites, moyennes, grandes et hypersurfaces sont répandues dans toutes les provinces italiennes et Ratatouille au éclats de Peccorinofonctionnent sous les système du consumer’s cooperative. Pour en reprendre la définition de wikipedia (grossièrement traduite), il s’agit d’une société possédée par les consommateurs et managée démocratiquement et dont l’objectif est de combler les attentes et besoins de ses membres. Grand bien nous en fasse, nos attentes en ont été comblées. Que ce soit pour le fromage (peccorino, parmezan) que pour les charcuteries (Espèce de saucisse piquante, saucisson, jambon) que pour l’alcool (Chianti, Soda Martini, Asti) ou pour les fruits et légumes, notre frigo s’est rempli à vitesse grand V de bons produits et certains ont même fait le trajet retour avec nous.

Au final, outre les glaces qui sont délicieuses et n’ont pas d’égal en France (et c’est bien dommage), notre plus grand plaisir gustatif a été celui de nos petits plats et apéros mitonés au gite!

IMG_2773 (683x1024)

Le trajet du retour méritait bien quant à lui son petit sandwich.

Sandwicho

Biscuits de noël le retour ! Pumpernickel

Quel délice les petits gâteaux de Noël !!! Cette année nous avons surtout dégusté les Pumpernickel à la cannelle. pumpernickel (1077 x 807)

La recette est sur le blog d’omelette. Avec un thé de noël c’est un régal !

Je copie colle la recette en insérant un petit détail important !

Ingrédients :

2 œufs
165g de sucre
5g de cannelle
160g amandes
165g de farine
Préchauffer le four à 180°. Fouetter les œufs avec le sucre pendant 5 bonne minutes puis ajouter la cannelle, les amandes et la farine. Diviser la pâte en deux petites miches allongée. Cuire environ 30 minutes. Couper en tranches épaisses et laisser reposer sur une grille.
  • 2 œufs
  • 165g de sucre
  • 5g de cannelle
  • 160g amandes
  • 165g de farine

Préchauffer le four à 180°. Mélanger au fouet les œufs avec le sucre pendant 10 minutes puis ajouter la cannelle, les amandes et la farine.

Diviser la pâte en deux petites miches allongée. Ce qui se passe parfois c’est que la pâte s’étale un peu trop en largeur. 2 solutions, recouper en 2 à la sortie du four ou diviser en 4 petites miches.

gibus (1077 x 807)Cuire environ 30 minutes. A la sortie du four, sur une planche à découper, avec un couteau à dents, couper en tranches épaisses d’environ 3 cm de large  et laisser reposer sur une grille.

NB : quand on scie le gâteau, faire attention aux bouts qui peuvent tomber, certains ont de bons réflexes :-)

Instant Tapas

Les tapas, ces petites bouchées idéales en apéro ou pour un petit repas buffet vite fait bien fait, sont parfaites quand on ne sait pas exactement ce qu’on veut manger. Du coup, pour ce petit repas du vendredi, on a regardé les restes, on s’est concerté et on s’est dit qu’on aller tout manger! En faire une tambouille réchauffée aurait été synonyme d’indigestion. L’option tapas restait donc la meilleure :

IMG_2127 (1600x1067)

Au menu :

  • Tomates cerise en porc épic
  • Philadelphia basiliqué et échalotté
  • Olive pimentées à la provençale
  • Batonnets de concombre Noa du jardin
  • Restes du wrap au saumon du midi
  • Melon du super U
  • Saucisson de la ferme la Borie
  • Nouilles sautées au soja, poivron et curry
  • Reste de ratatouille aux légumes du jardin

Le tout arrosé d’une gouleyante eau plate du robinet

California Maki :)

maki1Les sushis, les makis, les sashimis et tous ces mets originaires du pays du soleil levant me foutaient la trouille. Non, je ne partais pas en courant devant un plateau de 50 pièces mais j’avais des doutes quant à leur élaboration à la maison. Ça parait tellement fin et je suis tellement bourrin en cuisine que je ne le sentais pas.

Et finalement, à condition d’avoir les bons ingrédients (comme pour tout), c’est d’une simplicité déroutante.

Voici comment réaliser des makis simplement, rapidement et à moindre coût. Cette recette est basée sur un mode opératoire dans le « Elle Cuisine » que Madame cite dans la recette précédente.

Pour deux personnes (environ 12 pièces), vous aurez besoin de :

- 1 rouleur de sushi en bambou

- 200 g de riz à sushi

- 1/4 de concombre

- 7 bâtonnets de surimi

- 1 avocat

- 1 cs d’huile de sésame

- 4 cs de vinaigre de riz

- 1 cs de sucre.

- 2 feuilles d’algue nori pour sushis.

A noter que les algues nori, l’huile de sésame et le vinaigre de riz sont facilement trouvables en grande surface. En cherchant bien, je pense qu’on peut y trouver également un rouleur de sushi mais bon. On a la chance d’avoir une épicerie grande comme une supérette qui propose des produits de qualité venant du monde entier pas loin de chez nous, Mondial Market.

Pour la préparation, c’est finalement sur le riz qu’il va falloir se concentrer (et encore).maki3

On a pris du riz à sushi (bon en fait, c’est du riz qui tient bien la cuisson mais on trouve au rayon bouffe du monde dans les supermarchés ce type de riz) – Pour la cuisson, en général, il faut verser du riz dans 1fois et demi son volume en eau, rajouter 1cs d’huile de sésame et porter à ébullition. Ensuite baisser le feu au max, couvrir et laisser le riz absorber l’eau en surveillant de temps en temps (en moyenne, faut compter 15 a 20 mn).

Une fois cuit, y ajouter 3 Cs de vinaigre de riz et une cs de sucre, bien mélanger et réserver au frais.

Couper en petits bâtonnets le concombre, l’avocat et le surimi.

Disposer une feuille d’algue sur votre rouleur à sushi face brillante contre le rouleur. La garnir de riz sur une épaisseur d’environ 3/4mm. et laisser 1 cm au bout de la feuille (quand on regarde la feuille, de l’autre coté de la rive donc :) )

Disposer au milieu et dans le sens horizontal vos ingrédients… Regardez la photo quoi. Avant de rouler votre Maki, pensez à mouiller la fameux petit cm que vous avez laissé au bout de votre feuille d’algue. Et pour la technique de roulage, c’est pas bien compliqué, y à d’ailleurs pas mal de vidéos qui pullulent sur le net (http://www.youtube.com/watch?v=swGJ2dIu9XE&NR=1&feature=fvwp par exemple ;) )

J’ai faim ! Mais où et quoi?

Ça a déjà été annoncé lors de la fermeture temporaire de la tartine, nous avions l’intention de rajouter une rubrique « sortie ». Il était prévu d’y parler des restaurants, snacks etc.. qui nous ont plu ou pas, en précisant, en plus des argumentaires, les notes données pour un combo prix/qualité/cadre/accueil/global. Bref, une critique construite. L’idée principale n’était pas de faire un cityvoxlike mais de parler à échelle locale d’établissements nous ayant évoqué quelque chose (toujours en bien ou pas). Exit donc les expériences fadasses. Pour résumer, rien d’exhaustif .

Et bien cette idée tiens toujours.

Très prochainement, vous aurez la première critique de la tartine qui concernera le noodle bar à Montpellier. Un resto qui, comme son nom l’indique, est spécialisé dans la cuisine des nouilles (traduction littérale :) ).

Vous pouvez donc dès à présent, nous envoyer vos critiques qui devront comporter le nom et l’adresse du restaurant, votre avis général et une note sur 10 pour :

  • l’accueil
  • le cadre
  • la qualité des plats 
  • les prix

Accessoirement, une photo ou deux du restaurant et des plats seraient les bienvenues.

Nous nous chargerons du calcul de la note globale :)

Donc oui, l’idée est, comme pour les recettes, de partager nos et vos expériences. Car comme indiqué plus haut, le but principal de la tartine est de développer son aspect participatif. Rien à gagner, juste le plaisir de partager.

 

A vot’ bon coeur m’sieurs dames !

Le bon côté de la tartine est sur facebook !

martine-perd-son-temps-sur-facebook

Il fallait y venir ! Nous avions fini par briller par notre absence sur cet indispensable représentant du Web 2.0, trouvant sa quintessence dans le social networking (Prononcer sochol netweu’kinngue).

Si vous nous aimez et que vous facebookez, n’hésitez pas à le préciser sur cette page : CLIC !

Et si vous n’avez pas envie de cliquer au dessus, lechat vous facilite la tâche en vous proposant un « like » juste la dessous :

Patacrèpe !

chant_deux_leure

C’est le moment de sortir le rhum et de profiter du chaud.

Non, je ne parle pas d’un après midi allongé sur une plage de Cuba à siroter un Mojito, mais de passer une bonne heure à faire des crêpes collé à la gazinière.

C’est donc la chandeleur. Même si elle célèbre originellement la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem, aujourd’hui, on en fait des crêpes. Me demandez pas pourquoi.

Qui dit crêpes, dit pâte et qui dit pâte, dit recette. Lechat a donc testé pour vous celle de Christophe Felder, l’ancien chef pâtissier du Crillon.

Les ingrédients :
250g de farine
4 oeufs
175g de sucre semoule
75cl de lait
3 cc de sucre vanillé
2 cc d’huile d’arachide
2 cc de rhum (lechat n’ayant pas de rhum, nous avons mis 1cc de boisson anisée à fort taux d’alcool, 1 cc d’Armagnac et 1 cc de fleur d’oranger…)

La préparation :
1 – Dans un saladier, verser la farine (lechat la passe d’abord au tamis)crepe_floue
2 – Y casser les oeufs un par un
3 – rajouter les sucres
3 – mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène
4 – Y rajouter le lait tout en mélangeant (important afin d’éviter les grumeaux)
5 – rajouter le rhum et l’huile et mélanger
6 – laisser reposer une nuit

La cuisson :
Poêle bien chaude, puis à feu moyen et régulièrement huilée (l’idéal, de la gaze imprégnée d’huile histoire de la graisser de manière homogène) 2 mn max de chaque côté.

L’avis de la maison :
Le moins : une recette De Christophe Felder, on  saute à pied joint et on la suit à la lettre. Mais 175g de sucre ? Il faut dire que ça paraissait chargé au départ. Et ça se vérifie en cuisson. 2 minutes par face sont nécessaires et pas uniquement pour que celle ci soit parfaite. En réalité, ces 2 minutes sont utilisées pour décoller la crêpe… Alors peut-être n’avons nous pas les ustensiles adéquats, peut-être avons nous commis une erreur, peut-être ne sommes nous pas dégourdis (ça, c’est envisageable :) ) ? Seuls vos retours d’expérience nous le diraient. En attendant nous sommes persuadés que le sucre, ça colle !

Le plus : La crêpe est délicieuse et se suffit à elle même.

Pour synthétiser : très bon mais trop chiant à réaliser !

Curry Thaï ! By KiKi

Recette by kiki, réalisation / photos by lechat.

Voilà ce qu’on aime chez le chat : le partage ! Ainsi, KiKi,  bien inspirée par ses multiples séjours au UK, qui s’était déjà illustrée avec son merveilleux curry de patate douce au beurre de cacahouète revient avec un wonderful curry Thaï.

Elle ne s’est pas contenté de nous envoyer sa recette par mail, elle a également fourni à Lulu quelques ingrédients afin de pouvoir la réaliser dès ce week end. Chose faite :

On va commencer par la recette avec un simple copier coller du mail :

Ingrédients :

  • 16 gambas ou grosses crevettes (compter 4 par personnes)22012011233--
  • 2 carottes coupées en bâtonnets de 5 cm approx.
  • 1 poivrons rouge coupé en bâtonnets…
  • 1 petite boîte de châtaigne d’eau (trouvée en supermarché asiatique) – alternative : petits bouts de chou fleur
  • 1 oignon coupé en lamelles
  • 1 bout de gingembre pelé et coupé en petits morceaux
  • 1 bâton de citronnelle : le couper dans l’épaisseur, l’aplatir avec un couteau pour la rendre juteuse, la couper en petits bouts comme l’oignon
  • 1 branche de basilic Thaï
  • 1 pack de lait de coco (250ml devrait suffire sinon dans le doute, prendre le pack de 500ml – ça se garde un petit moment au frigo)
  • 1 petite cuillère de pâte de curry rouge (ou une grande si vous le préférez très épicé) - Lechat en a mis une grande -
  • Huile de sésame ou autre (pas huile d’olive)
  • Sucre de palme (ou normal)
  • Sauce soja
  • Riz basmati pour 4

Préparation au Wok (primordial) : Attention ça va très vite car un wok est très chaud – Pour les temps de cuisson, c’est donc : très rapide !

Sans-titre-3(Apparté du chat : nous nous sommes offerts un Wok pour l’occasion, un vrai. Et bien oui, c’est vite très chaud et surtout, ça nécessite un entretien rapide dès la fin de cuisson. Mais ça, c’est une autre histoire)

  1. Fais revenir la pâte de piment, l’oignon, la citronnelle et le gingembre dans l’huile
  2. Ajoute un peu de lait de coco pour créer un petit fond de sauce
  3. Jette les gambas et recouvre-les bien
  4. Jette les carottes, les poivrons (et les choux fleurs si tu les utilises)
  5. Ajoute le reste du lait de coco
  6. Jette les châtaignes d’eau (pas besoin de cuire longtemps)
  7. Assaisonne à ton goût avec le sucre de palme et la sauce soja qui fait office de sel (la pâte de curry à base de piment fait office de poivre ah ah !) – vas-y au pif !
  8. Laisse chauffer doucement, les légumes doivent cuire un peu quand même mais doivent rester croquants…
  9. Prépare ton riz. Quand il est prêt,
  10. Ajoute les feuilles de basilic thai avant de servir (plus parfumées)…
  11. Sers ton plat, tu peux être originale en faisant d’un côté une petite colline de riz avec un bol, et le curry à côté…

Achète des bières Thai ! C’est plus drôle que le vin rouge !

En dessert : il existe des desserts au riz gluant et bananes tous prêts très bons (à cuire à la vapeur), ou bien une glace à la mangue, ou encore une salade de fruits exotiques…

Sans-titre-2

Hmm, yummy !!!!

Lechat confirme !